Mar. 9 avril
Montreuil

Rencontre avec Valérie Zenatti

18h30
Librairie Folies d'encre
9 avenue de la Résistance
01 49 20 80 00

Que son âme soit liée au faisceau des vivants

Depuis 2004, Valérie Zenatti traduisait Aharon Appelfeld, d’une langue – l’hébreu – qu’elle avait comme lui apprise sur le tard, à l’adolescence, lorsqu’elle partit s’installer en Israël.

Entre le vieil homme rescapé de la Shoah, dont elle fit la connaissance en 1987, et la jeune fille, ce fut une relation presque filiale qui s’instaura, dont le rapport aux mots constitua le centre. Elle, croyant en leur pouvoir, lui s’en méfiant : et c’est peut-être ce qui rend Dans le faisceau des vivants, livre-requiem écrit après la mort d’Aharon Appelfeld en janvier dernier, aussi bouleversant et réussi. Cette quête d’un au-delà des mots qu’elle mène, décortiquant les traces (messages téléphoniques, archives filmées) pour restituer sa voix, allant voir de ses yeux Czernowitz, sa ville natale, et butant sur l’impossibilité de faire ressurgir ce monde englouti qu’elle avait approché par ses livres, tout en l’ayant désormais un peu plus en elle. Valérie Zenatti nous offre ainsi un magnifique texte sur la disparition et son corollaire : la mémoire.

L’invité

Journaliste-radio, professeur d’hébreu ensuite, Valérie Zenatti se consacre depuis plusieurs années exclusivement à l’écriture. Elle a publié plusieurs livres pour la jeunesse dont Quand j’étais soldate et Une bouteille dans la mer de Gaza. Elle est aussi l’autrice de plusieurs romans dont Mensonges (L’Olivier, 2011). Son dernier livre, Dans le faisceau des vivants (L’Olivier) est une chambre d’échos à sa rencontre avec l’écrivain et aux semaines qui ont suivi sa disparition en janvier 2018.

À lire

Dans le faisceau des vivants, Valérie Zenatti, L’Olivier, 2019