Sam. 24 mars
Bagnolet

La taille de nos âmes

17h00
Médiathèque de Bagnolet
1 rue Marceau
01 49 93 60 90
Accès
Métro 3 Gallieni
Bus 76, 102, 122, 318, 351 La-Poste

Trio Concordan(s)e avec Gwenaëlle Aubry, Julie Nioche & *Sir Alice

‘Nous abritons des foules, de bruyantes cohortes et des tribus radieuses. Nous sommes une vaste zone d’accueil, un asile dont les murs sont tombés. Sur nos mers intérieures croisent des galériens, des vaisseaux-fantômes et des nefs de fous’.

Trois corps sur scène, qui peut-être n’en font qu’un, d’autres dans la salle. Tous sont très peuplés. Aucun n’est recensé. Pour les réunir, un rituel, une séance d’inorcisme : qu’est-ce que ça veut dire, accueillir en soi un autre corps (homme, femme, enfant, animal, fantôme – la liste n’est pas close) ? Ces autres-là, comment les convoquer ? Nous les laisserons venir. Nous les regarderons bouger. Nous les ferons entrer. Nul ne sera refoulé : nos frontières sont mouvantes et très peu barbelées.

Les invités

Gwenaëlle Aubry, écrivain, philosophe, chercheuse au CNRS, est l’auteur de récits, d’essais et de romans traduits dans une dizaine de langues. Elle collabore régulièrement avec des comédiens et des musiciens pour des lectures-concerts ou des performances.

Julie Nioche est danseuse, chorégraphe et ostéopathe, fondatrice de A.I.M.E. – Association d’Individus en Mouvements Engagés. Son travail se situe au carrefour de plusieurs champs d’exploration : la danse, la mémoire, l’art contemporain, le soin, l’architecture, la rencontre. Ses chorégraphies explorent la traduction de nos sensations personnelles en mouvements dansés.

Alice Daquet sort ses premiers disques de musique électronique en 2003 sur le label Tigersushi et devient *Sir Alice, personnage célèbre pour ses performances extatiques. Elle collabore avec différents artistes du spectacle vivant et se consacre à la création d’installations sonores, vidéos ou photos, tout en étant chercheuse en perception et cognition musicale à l’IRCAM sur l’impact de la musique sur les maladies neurodégénératives.

À lire

CONCORDAN(S)E 5, collectif, L’Oeil d’Or, 2018

À noter

- En partenariat avec le festival Concordan(s)e : une rencontre inédite entre un(e) chorégraphe et un(e) écrivain

À consulter

www.concordanse.com