Mar. 12 avril
Montreuil

Petit manuel du parfait réfugié politique

18h30
Librairie Folies d'encre
9 avenue de la Résistance
01 49 20 80 00
Accès
Métro 9 Croix-de-Chavaux

rencontre avec Mana Neyestani

Mana NEYESTANI aborde par le dessin la douloureuse question des réfugiés. Arrivé en France en 2011 après avoir fui le régime iranien avec sa femme, le dessinateur dissident Mana NEYESTANI raconte avec humour ses démarches kafkaïennes pour obtenir le statut de réfugié politique à Paris dans Petit manuel du parfait réfugié politique. Le cauchemar kafkaïen commence pourtant dès 2006 quand il dessine un enfant et un cafard prononçant un mot azéri. Les Azéris, peuple opprimé par le régime, s’en offusquent et provoquent des émeutes. La répression du régime fait 12 morts. Il faudra un bouc émissaire. Ce sera Mana NEYESTANI.

Emprisonné 3 mois avant de fuir, il passe d’abord par la Malaisie avant de rejoindre la France où il est invité en résidence d’artiste de la ville de Paris. S’il se considère comme privilégié il s’engage pour tous les réfugiés : que ressentent-ils ? À quelles difficultés sont-ils confrontés ? Notre continent est-il devenu inhospitalier ?

Les invités

Né à Téhéran, Mana NEYESTANI débute sa carrière de dessinateur et illustrateur en 1990, avec la publication de nombreux dessins pour des magazines culturels, politiques. Il est emprisonné en 2006 pour un de ces dessins et quitte l’Iran peu après. Il vit maintenant à Paris en tant que membre de l’ICORN (Réseau de refuge de villes internationales).

Né en 1986 à Damas, Hamid SULAIMAN a obtenu un diplôme d’Art et Architecture de l’Université de Damas en 2009. Depuis, il se consacre à la peinture et au dessin. Le pacifisme et le rejet du pouvoir arbitraire sont les axes principaux de sa recherche artistique et du message qu’il délivre. Contraint de quitter son pays en 2011, il s’enfuit pour l’Égypte, puis vient s’installer à Paris. Son travail a été exposé à Londres, à Beyrouth, au Caire, à Vienne, Paris et Berlin,.. Certaines de ses œuvres sont été acquises par le British Museum. Il a participé à de nombreuses expositions à Paris dont « Artistes en création », à l’Institut du Monde Arabe à Paris.
En 2014, il gagne le prix des jeunes talents de l’institution Culture Resource (Al-Mawred Al-Thaqafi), ONG culturelle arabe d’aide aux jeunes artistes et écrivains et une bourse d’écriture pour sa bande dessinée, « Freedom Hospital », qui retrace les premières saisons de la révolution syrienne. Il a également créé la scénographie du spectacle Winter Guests avec la Compagnie du Pas Suivant.
Hamid Sulaiman est réfugié politique en France et vit à Paris.

Freedom Hospital (ça et là, 2016) est sa première BD.

 

À lire

Petit manuel du parfait réfugié politique et Tout va bien ! , Çà et là